Un autre Noël en famille - Tamara Critchfield

Mon blogue

Un autre Noël en famille

Un autre Noël en famille - Tamara Critchfield

Cela faisait un bon moment que je voulais faire une visite à ma famille. Noël arrivait à grand pas. Notre mère avait décidé qu’il serait fêté dans sa maison, et que tout le monde devait être présent. Elle avait aussi précisé quelque chose qui m’avait semblé plaisant au départ. Il n’y aurait pas de cadeau. Sauf pour les enfants. Mais si tout le monde ramenait une bouteille de bon vin, ou une bonne bouteille d’alcool cela ne serait pas de refus. Elle voulait que ce Noël soit mémorable.

Je décidais de prendre trois bouteilles d’alcool. Connaissant certains des membres de ma famille, il valait mieux venir un peu plus chargé. À mon arrivée, la plupart étaient déjà là. Je saluais tout le monde par ordre de grandeur en commençant par ma mère et mes tantes. Ma stupéfaction fut grande au regard de l’une d’entre elles. Elle paraissait comme plus jeune. Je dirais même encore plus jeune que sa propre fille. Elle avait perdu son mari il y a deux ans. De là à dire qu’une vie de jeune veuve, provoque des effets antivieillissement, c’est peut-être ça s’avancer un peu trop facilement sur des jugements un peu trop simples. Je savais que je trouverai un moment plus intime dans la soirée pour lui poser des questions sur ses secrets de jeunesse. Pour l’instant, tout le monde était présent autour de moi. L’atmosphère était joyeuse pour une fois. Certainement grâce à l’alcool, qui avait été servi bien avant l’heure.

Il n’était pas encore 20 heures, quand un de mes oncles commençait à servir la troisième tournée. Ils étaient à peu près tous à moitié ivres, affalés sur les fauteuils. Je fis signe à ma mère qu’elle avait intérêt à faire ralentir la cadence. Nous étions certainement trois à ne pas boire, ce n’était pas une raison pour conduire à la messe des personnes complètement éméchés. Je prie l’occasion ce moment-là voyant ma tante rajeunie rentrer dans la cuisine d’aller la rejoindre pour en savoir un petit peu plus. Elle m’affirma prendre un traitement aux hormones depuis quelques mois et que pour sa peau, elle avait trouvé un remède fait d’injection acide hyaluronique. Depuis la mort de son mari, elle faisait très attention à son corps. Elle m’expliquait qu’elle n’avait pas le temps de faire des séances de yoga, et que pour pallier à cela, on lui avait conseillé de commencer un traitement aux hormones. Je ne savais quoi en penser à ce moment-là. Le simple fait de penser se faire une piqûre sous-cutanée me rebutait. Elle rayonnait de bonheur et de santé. Je pensais en ce jour de Noël, qu’il ne pouvait y avoir plus beau cadeau.