Découvrir la sophrologie - Tamara Critchfield

Mon blogue

Découvrir la sophrologie

Découvrir la sophrologie - Tamara Critchfield

J’avais découvert la sophrologie en empruntant un livre à la bibliothèque de mon quartier. Les médecines alternatives, étaient répertoriées dans cet ouvrage par ordre alphabétique. Un tableau, en annexe, mettait en rapport les différentes disciplines évoquées et les affections qu’elles soignaient. J’ai un oncle qui est adepte de ces médecines. Il est même allé aux Philippines pour voir les guérisseurs opérer. Comme je voulais me documenter sur ce sujet, je lui avais demandé si un livre particulier pouvait me donner quelques bases. Il me conseilla celui dans lequel je trouvais toutes ces informations. La sophrologie était très intéressante, apparemment, pour les personnes qui, comme moi, souffrent de problèmes de sommeil. Elle permettait de reconditionner le sujet pour qu’il parvienne à se reposer durant la nuit. Je notais cela. J’avais justement une amie qui avait suivi une formation dans ce domaine. Elle exerçait à présent dans un quartier proche du mien. J’avais aussi des varices, et je savais que je devais les faire soigner par un spécialiste.

Je me perdis dans le quartier de mon amie. Je l’appelais pour lui demander de nouveau son adresse. Elle me proposa de me retrouver dans un café en bas de chez elle. L’adresse qu’elle me donna n’éveilla rien en moi comme souvenir, alors que j’étais passé trois fois devant. Enfin, je trouvais le café, et mon amie qui était attablée en face d’une jeune femme qui m’était inconnue. Elle avait de longs cheveux bruns nattés et des mèches blondes striaient sa chevelure. Je me mis près de mon amie. De face, l’inconnue était très étonnante, car elle avait un air sérieux, avec des lunettes noires rectangulaires qui étaient très sévères, mais cette première impression s’effaça lorsque je l’entendis parler.

Sa voix douce et calme était agréable. Elle avait beaucoup d’humour et nous sommes devenus amies tout de suite. Je conviais les deux demoiselles, après la séance de sophrologie, à venir souper dans un restaurant qui était épatant. Elles furent enthousiastes. Nous sommes montées à l’appartement de mon amie Jocelyne. Cette première session de découverte me plut beaucoup. J’étais détendue, rassérénée, quand elle s’acheva, et même tout le reste de la soirée. Je dois dire que je l’ai passée en excellente compagnie. Dans la semaine qui suivit, je sentis tous les bénéfices de la séance que mon amie m’avait gracieusement offerte. Je l’appelais pour une autre session, ce qui arriva encore deux ou trois fois, puis je n’ai plus jamais eu besoin de recommencer.